Bienvenue !

L’école Diwan de Riantec, ouverte en 2009, est une école maternelle et élémentaire associative, laïque, gratuite et ouverte à tous. Nous accueillons au cœur de Riantec les enfants des familles désireuses d’une éducation bilingue de qualité (breton et français), à la fois ancrée dans ses racines et ouverte sur le monde.

Créé en 1977, Diwan scolarise avec succès quelque 3 000 enfants dans 40 établissements de la maternelle au lycée et suit les programmes de l’Éducation nationale avec un atout en plus, l’acquisition d’une deuxième langue par la pédagogie d’immersion linguistique.

Skol Diwan Rianteg accueille 46 élèves de Riantec et des communes avoisinantes, de la petite section au CM1 pour l’instant (les élèves de CM1 ouvriront les classes suivantes). Elle bénéficie des services de la mairie comme les autres écoles : cantine, garderie, bibliothèque, cours de piscine, terrain de sport…

L’école est équipée de postes informatiques. Elle propose également l’étude en breton pour les enfants ainsi que des cours de soutien. L’anglais y est enseigné dès le CE2.

Horaires : 8 h 45 – 11 h 45 et  13 h 30 – 16 h 30

Pour tout renseignement, l’équipe pédagogique ainsi que les parents se tiennent à votre disposition.

Directrice : Anne-Hélène FICHE – Tél. : 02 97 84 50 63
Mél : skol.diwan.rianteg@gmail.com

Ecole Diwan Riantec – Impasse des écoles – 56670 Riantec


Pourquoi mettre mon enfant en école Diwan ?

Les raisons qui conduisent les parents à mettre leur enfant en école diwan sont nombreuses et variées…

  • Les avantages d’un bilinguisme précoce sur le développement cognitif des enfants (voir ici) : facilité d’apprentissage de nouvelles langues, développement de facultés mathématiques ;
  • L’attachement à la langue et à la culture bretonne ;
  • Le désir d’une structure de petite taille, aux classes à effectifs réduits ;
  • Le désir en tant que parent de participer de manière importante à la vie de l’école, et rencontrer d’autres parents qui s’investissent ;
  • Favoriser une ouverture de l’enfant à d’autres cultures pour lui permettre de s’adapter au monde de demain ;

Une maman d’élève témoigne

Pourquoi avez-vous choisi l’école Diwan pour scolariser votre fille, alors que vous ne parlez pas breton ?
Nous ne parlons effectivement pas du tout breton chez nous, même si mon mari s’y remet tranquillement.  Au-delà du breton qui était important pour lui, ce qui me plaît est d’apporter le bilinguisme à notre fille. En effet, parler deux langues dans l’enfance prédispose le cerveau à acquérir de nouvelles langues facilement plus tard. C’est une chance que j’aurais aimée avoir.

Mais pourquoi l’école de Riantec spécialement ?
La proximité et l’accessibilité de l’école ont été un atout majeur dans notre choix pour Riantec. Pas besoin de passer des heures en voiture ! Un vrai luxe. Et puis nous avons accès à la cantine et au Relais des homards dans les mêmes conditions que les autres enfants de Riantec. L’accueil y est excellent.

L’école ne compte qu’une quarantaine d’élèves et n’a que 3 ans d’existence ce qui l’empêche de bénéficier de financement public. Cela ne vous a-t-il pas fait peur ?
Au contraire, comme pour toute petite structure, on retrouve la convivialité propice à un encadrement maximal des enfants. Quant ma fille est arrivée, elle portait encore la couche pour la sieste. Pas besoin de la stresser à devenir complètement propre pour l’entrée à l’école… Et, finalement, la fierté de dire à sa maîtresse qu’elle ne portait plus la couche a été un moteur pour une transition en douceur.
La convivialité se développe aussi entre les enfants et les parents. Les premiers accueillent les nouveaux : génial pour l’apprentissage de la solidarité. Les seconds apprennent à se connaître autour des manifestations pour l’école. C’est très enrichissant. Bref, je ne regrette absolument pas mon choix !

L’association Défis équipe l’école en informatique

L’école Diwan de Rianteg a, grâce à l’association Défis de Lanester, renouvelé son parc informatique. Ce sont aujourd’hui 7 machines fonctionnant sous le système d’exploitation Linux Ubuntu, totalement en breton, qui sont installées à l’école pour une utilisation par les élèves. Quatre machines sont dans la classe de Florence (CE2/CM1), deux sont dans la classe de France (GS/CP/CE1) et une est dans le bureau de l’équipe enseignante.

Equipement informatique

Calendriers

Les calendriers diwan 2013 sont arrivés à l’école !

Si vous êtes intéressés ou connaissez des personnes intéressées par ces calendriers, n’hésitez pas à venir en chercher à l’école (Impasse des Ecoles à Rianteg). Ils sont en vente au prix de 10€ dont la moitié est reversée pour l’école…

Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter !

 

 

Rentrée !

L’école Diwan de Rianteg a fait sa rentrée mardi 4 septembre. Nous souhaitons la bienvenue à tous les nouveaux élèves et à leur parents, à Daniel et à France. Malheureusement l’équipe n’est pas encore au complet et nous recherchons toujours un ASEM pour les Grandes Sections.

L’AEP aura le plaisir de convier les enfants, leurs parents ainsi que les enseignants et les ASEM à un pot de rentrée le 14 septembre à l’école à 18h. Chaque famille pourra apporter de quoi boire et de quoi grignoter pour ce moment convivial…

Conseils à l’usage des parents

(Extrait du site Diwan Breizh)


Conseils à l’usage des parents  

 

 

 

A l’école Diwan, on se base sur un facteur crucial : les jeunes enfants acquièrent les langues tandis que les adolescents et les adultes apprennent les langues A l’école Diwan, les parents sont partie prenante dans le processus d’enseignement. Voici quelques suggestions pour une plus grande efficacité.

 

 

 

  1. Soyez fier de ce que fait votre enfant, montrez-lui que ses progrès vous font plaisir.
  2. Si votre enfant a envie de parler breton, encouragez-le mais ne le forcez jamais.
  3. Montrez à votre enfant votre intérêt pour la langue bretonne. Laissez le breton entrer chez vous : mots ou textes affichés, dessins animés en breton sur TV Breizh ou regardez l’émission télévisée « Du-mañ, du-se » en famille…
  4. Vous lui achetez des livres en français : n’oubliez pas les livres en breton : ils sont maintenant nombreux, de qualité et attractifs. Abonnez-le aux revues pour les petits. Votre enfant a besoin d’être entouré par la langue pour se l’approprier.
  5. Rappelez-vous que le succès de votre enfant dépend en grande partie des efforts et du soutien mutuel de chacune des parties impliquées. Si vous vous posez des questions ou avez des doutes, parlez-en à l’instituteur, pas à votre enfant qui doit sentir que vous avez confiance dans l’école que vous avez choisie pour lui.
  6. Ne demandez pas à votre enfant de faire des traductions car il est incapable de comprendre ce concept, surtout les premières années.
  7. N’essayez pas de le corriger si vous n’êtes pas sûr de l’expression ou de la prononciation correcte. Laissez-lui le bénéfice du doute.
  8. Ne vous attendez pas à ce que votre enfant vous raconte tous les jours ce qu’il a fait. Pour lui l’école est une routine et il aime changer de sujet quand il rentre à la maison.
  9. Ne comparez pas les progrès que fait votre enfant avec ceux des autres enfants. Il n’y a pas deux enfants ni deux instituteurs qui travaillent au même rythme.

 

Langue bretonne et petite enfance

Divskouarn, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’association pour la promotion et le développement de la langue bretonne avant la scolarisation. Information, formation, force de proposition, animation de réseau, lieu de ressource, accompagnement, promotion : voici les actions de l’association qui travaille partout où se trouve les enfants de 0 à 3 ans : auprès de familles, dans les lieux d’accueil petite enfance, dans le secteur des assistant(e)s maternel(le)s.

Pour plus d’informations : http://www.divskouarn.fr/

Pourquoi l’école diwan séduit-elle les parents ?

Source : Ouest-France

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Pourquoi-l-ecole-Diwan-seduit-elle-les-parents-_44109-avd-20120207-62204769_actuLocale.Htm

Pourquoi l’école Diwan séduit-elle les parents ? – Nantes

mardi 07 février 2012


Les plus de Diwan pour les parents : une langue, une culture, une ouverture d'esprit sur le monde et une prédisposition à devenir plurilinguistes.

Une annexe de l’école Diwan ouvrira en septembre. Seuls 20 % des parents parlent breton, mais tous plébiscitent le bilinguisme précoce.

Température glaciale samedi matin. L’école Diwan de Nantes, à la Contrie, a pourtant ouvert ses portes. Avec succès. Les parents qui se demandent où inscrire leur enfant en maternelle à la rentrée de septembre sont, en effet, venus nombreux se renseigner. Notamment sur le principe de la pédagogie par immersion qui donne aux élèves, à la fin du CM2, les mêmes compétences linguistiques en breton et en français.

Même si une petite minorité des familles sont bretonnantes, toutes avouent « rechercher une école où on suit les programmes de l’Éducation nationale, mais avec un quelque chose en plus ». C’est le cas de Maïwenn : sa fille, Clémentine, découvrira, dès la rentrée, « la richesse de la culture bretonne ». Après un échange avec les enseignants, « mes doutes sont levés », affirme la jeune maman qui redoutait que les écoles Diwan pratiquent une sélection par les résultats.

Une ouverture d’esprit sur le monde

Cynthia et Stépnane sont soucieux de « maintenir la langue. Elle est bien vivante, nous ne voulons pas qu’elle meure ». Leur petite Nolwenn va donc l’apprendre. « Et nous aussi, pour suivre sa scolarité. Ça va nous booster. On prendra des cours du soir », prévoient-ils. La plupart des visiteurs estiment que « le bilinguisme précoce favorisera l’apprentissage des autres langues au collège, et même plus tard dans la vie. Et il apporte aux enfants une grande ouverture d’esprit sur le monde ».

Lilou, 4 ans, est scolarisée ailleurs. A la rentrée, Sophie et Vincent la mettront à Diwan. « On pense qu’elle pourra mieux y développer ses capacités d’autonomie », disent-ils. Ingrid, autre maman, se demande, elle, si Laouenn, 3 ans bientôt, aura besoin d’un temps d’adaptation. « Non, lui répond-on, elle s’exprimera très vite par approximations successives ».

Plus étonnant, mais loin d’être isolé aujourd’hui, le choix d’ Olga, Malgache : « Je me considère comme l’enfant du pays qui m’accueille, la Bretagne historique donc. Mes trois enfants auront une éducation multiculturelle qui inclut la pratique du français et du breton. Ça se passe très déjà très bien pour les deux aînés ».

A voir l’attrait des parents pour le bilinguisme, pas étonnant que l’école se développe. Chaque année, en effet, les effectifs augmentent.

L’ouverture d’une annexe à Nantes sud en septembre, est bien confirmée. Et l’école de la Contrie conservera ses huit classes.

Contacts : tél 02 51 80 50 32.

Une école en breton ouverte à tous