Aspects pratiques

  • Restaurant scolaire :

L’école Diwan de Riantec se situe à proximité du restaurant scolaire, les enfants peuvent s’y inscrire sans problème (voir avec la mairie). Les enfants qui mangent au restaurant scolaire bénéficient d’ateliers et activités proposées par la mairie après le repas, en commun avec les deux autres écoles de Riantec.

 

  • Accueil périscolaire et Centre de Loisirs

L’école est également en lien avec le « Relais des homards », structure municipale qui gère l’accueil périscolaire et le Centre de Loisirs. Les enfants peuvent être déposés le matin à l’accueil périscolaire, ils seront remis par le personnel du Relais des homards à l’école. De même, le soir, le personnel du Relais des homards passe prendre vos enfants directement à l’école. Les enfants de primaire peuvent en plus bénéficier du sport périscolaire (3 cycles sur l’année avec deux activités au choix par cycle), l’inscription s’effectue au relais des Homards.

 

  • Activités extrascolaires

L’école bénéficie de toutes les facilités offertes aux écoles par la mairie, ainsi que par la communauté de communes « Cap l’Orient ».

Ces dernières années, les enfants ont pu bénéficier de cours de piscine, ont visité la maison de l’île Kerner dédiée à la biodiversité de la petite mer de Gâvres. D’autres projets sont envisagés, et les enfants partent fréquemment à la découverte de l’environnement si riche qui les entoure.

 

  • Soutien et étude (Primaire)

Pour les enfants qui en ont besoin, du soutien scolaire sera organisé deux jours par semaine sur le temps de midi.

Par ailleurs, pour les enfants qui souhaitent bénéficier d’une aide aux devoirs en breton, un temps d’étude facultatif sera proposé le lundi et le jeudi soir (facturation de 1€ par séance).

  • Modalités d’inscription

L’inscription à l’école se fait à partir de deux ans, dès l’acquisition de la propreté par l’enfant ; elle peut être faite à n’importe quel niveau de la maternelle, quelle que soit l’école d’origine de l’enfant. De même une inscription en cours d’année est tout-à-fait possible. Des enfants de niveau supérieur à la grande section peuvent y être acceptés après accord de l’équipe enseignante. N’hésitez pas à venir en discuter avec eux !

L’inscription est corrélée à l’adhésion à l’AEP (20€ par famille), et une modeste participation vous sera demandée pour les frais correspondant aux activités extra-scolaires.

Pour l’année 2012/2013, l’école compte 46 élèves jusqu’au niveau CM1 répartis dans trois classes. L’an prochain ouvrira le niveau CM2.

Une école Diwan, oui, mais après ?

Mettre son enfant en école Diwan en maternelle n’est pas forcément synonyme d’un engagement à long terme dans la structure diwan.

A partir du CE2, les enfants commencent des cours de français, qui s’intensifient au fur et à mesure du primaire jusqu’à ce que les enfants aient atteint en CM2 un niveau comparable aux élèves issus des filières monolingues en français.

Le passage au français s’effectue relativement facilement, dans la mesure où les apprentissages en breton sont transposés au français. Par la suite, si les enfants doivent changer d’école et revenir dans le système français, on constate qu’ils s’adaptent en général facilement.

Pour la suite de la scolarité, les enfants ont le choix :

  • un collège « classique » : collège public de Riantec, collège privé de Port-Louis…
  • le collège public bilingue Henri Vallon de Lanester, où les cours d’histoire-géographie, de mathématiques et … de breton sont enseignés en breton (filière div yezh);
  • le collège diwan de Quimper ;
  • le collège diwan de Vannes.

Dans le cas du choix de cette dernière solution, il faut savoir que le collège diwan de Vannes est adapté pour les enfants qui viennent de loin : semi-internat (nuits du lundi et du jeudi), pas de cours le mercredi. Les effectifs par classe y sont aussi réduits, ce qui favorise les apprentissages. Concernant les frais de scolarité, ils sont calculés en fonction du quotient familial ; par ailleurs le Conseil Général prend à sa charge les frais de déplacement. Des parents d’élèves de l’école diwan de Riantec ayant scolarisé leur enfant dans ce collège pourront répondre aux questions que vous vous posez.

Et, en voyant encore plus loin dans l’avenir, la région Bretagne dispose d’un lycée Diwan à Carhaix, équipé lui aussi d’un internat, et dont les résultats de réussite au baccalauréat étaient de 97,7% en 2007…

Le billinguisme induit-il des difficultés supplémentaires pour l’enfant ?

Contrairement à une idée reçue, des études récentes montrent qu’en immersion totale précoce, les apprentissages d’une seconde langue ne se font pas au détriment de la première. Au contraire, avant 7 ans, le cerveau est suffisemment plastique pour que l’apprentissage se fasse de manière imbriquée : on apprend deux langues simultanément et non l’une par rapport à l’autre. Cette gymnastique inconsciente permet à l »enfant de développer sa capacité d’abstraction, ce qui explique que les enfants issus de filières immersives ont de meilleurs résultats en mathématiques aux tests de 6ème.

Par ailleurs, l’apprentissage précoce d’une seconde langue est une aide précieuse dans l’apprentissage ultérieures d’autres langues ; aussi l’anglais, commencé à l’école à partir du CE1, se rajoute tout naturellement aux enseignements sans difficulté particulière pour les enfants.

Le comité de soutien « Diwan Ar Vorlenn »

Le comité de soutien (ou « skoazell ») de l’école diwan de Riantec, association nommée « Diwan Ar Vorlenn », est chargé de la collecte des fonds qui sont ensuite transférés à l’AEP permettent de faire vivre l’école.

En effet, même si l’école est gratuite, elle a un coût : coût de fonctionnement, paiement du personnel non-enseignant, frais pédagogiques…

Animé par des parents bénévoles,le skoazell trouve ses ressources de deux façons :

  • Les dons, ponctuels ou réguliers, de particuliers souhaitant soutenir l’école et la langue bretonne ;
  • l’organisation d’événements, la participation à des manifestations locales, la vente de calendriers,chocolats, CD ou autres…

Ar skipailh pedagogel-L’équipe pédagogique

Bout ‘zo 3 c’hlas e Skol Diwan Rianteg get 3 skolaer titlet get ar stad en distro-skol 2016-2017: klas Youenn MEUR ha Rafael GOBIN (RV1, RV2, RG, RVras), klas Mael LE GOFF (CP, CE1) ha klas Mari VALER ha Marlen BOUVET (CE2, CM1, CM2).

2 skoazellerez hag 1 AVS a sikoura ar skipailh pedagogel. Ar skol digoret e 2009 a zo kevrataet get ar stad mes an implijidi nan gelennerion a zo gopret get an AEP (kevredigezh kerent ar skol).

Evit en ober ar Skoazell (an eil kevredigezh) a ganniga manifestadegoù (arvestoù, festoù-noz, kig ha farz…) evit gounid argant.

L’école Diwan de Riantec compte trois classes avec des enseignants titularisés Education Nationale à la rentrée 2016-2017: la classe de Youenn MEUR et Rafael GOBIN (PS1, PS2, MS et GS), la classe de Mael Le GOFF (CP et CE1) et la classe de Mari VALER et Marlen BOUVET (CE2, CM1 et CM2) .

Deux ASEM et un AVS complètent l’équipe pédagogique et offrent un soutien inestimable aux enseignants. L’école, ouverte à la rentrée 2009, est  sous contrat d’association avec l’Education Nationale  mais c’est  l’association des parents d’élèves (AEP) qui rémunère les ASEM et l’AVS.

Pour ce faire, elle est aidée par un comité de soutien, le Skoazell, qui organise des manifestations pour récolter des fonds.

L’association des parents d’élèves (AEP)

L’AEP est constituée d’un bureau renouvelé tous les ans. Tous les parents d’élèves sont membres de l’AEP.

Les missions de l’AEP sont :

– La gestion de l’école (bâtiment, logistique)

– L’emploi du personnel non enseignant (ASEM)

– L’organisation de certaines journées festives (arbre de noël, fête de l’école)

– Le lien entre parents et enseignants.

Charte des écoles Diwan

1. L’association Diwan est ouverte à toutes les familles désirant assurer une éducation de leurs enfants en langue bretonne, sans distinction socio-professionnelle, philosophique ou politique. Les écoles sont gratuites et ouvertes à tous.

2. Diwan existe du fait des carences d’une Education Nationale ne donnant pas sa place à la langue bretonne, mais réclame la prise en charge de ses écoles dans un service public d’enseignement démocratique et rénové en Bretagne, permettant l’utilisation du breton comme langue véhiculaire de la maternelle à l’université dans tous les domaines de l’enseignement.

3. Diwan est indépendant par rapport à toute formation philosophique, confessionnelle, politique, syndicale, etc. En conséquence, Diwan affirme que son combat exige que soient respectées les convictions religieuses, philosophiques ou politiques de tous ses membres, quel que soit l’éventail de celles-ci et tant qu’elles ne sont pas contraires à la Déclaration Universelle des Droits de l’homme. Cette indispensable tolérance conduit Diwan à défendre la laïcité dans son enseignement et à se porter garant de la liberté de pensée de chaque personne.

4. Diwan instaure un enseignement démocratique avec la collaboration effective des parents, des collectivités locales et des enseignants. Diwan demande aux parents de créer au sein de la famille, un climat propice à l’expression en langue bretonne dans la vie quotidienne.

5. Diwan s’engage à promouvoir l’usage du breton au sein de l’association à tous les niveaux; par ailleurs, Diwan promeut un développement culturel en langue bretonne donnant à chaque enfant le maximum d’atouts pour forger lui-même son avenir et permettant aux enfants de Bretagne de prendre en charge leur environnement naturel, social et économique.

6. Diwan déclare son hostilité à toute uniformisation linguistique et est attachée aux diverses formes d’expression culturelle, affirmant que seul leur complémentarité est source d’unité, d’enrichissement mutuel et collectif. Le breton enseigné dans les écoles maternelles Diwan est celui utilisé dans leur environnement géographique et humain.

7. Conformément aux droits inaliénables des peuples à s’exprimer par leur propre culture, Diwan appelle toutes les personnes éprises de démocratie, les organisations culturelles bretonnes, les organisations syndicales notamment d’enseignants, à lutter avec elle pour plus de justice et contre toutes les formes de domination culturelle.

8. Diwan se déclare solidaire de tous les peuples qui luttent pour leur identité culturelle, en y insérant les travailleurs immigrés, affirmant que leur diversité concourt à enrichir le patrimoine humain.


Une école en breton ouverte à tous