Pourquoi mettre mon enfant en école Diwan ?

Les raisons qui conduisent les parents à mettre leur enfant en école diwan sont nombreuses et variées…

  • Les avantages d’un bilinguisme précoce sur le développement cognitif des enfants (voir ici) : facilité d’apprentissage de nouvelles langues, développement de facultés mathématiques ;
  • L’attachement à la langue et à la culture bretonne ;
  • Le désir d’une structure de petite taille, aux classes à effectifs réduits ;
  • Le désir en tant que parent de participer de manière importante à la vie de l’école, et rencontrer d’autres parents qui s’investissent ;
  • Favoriser une ouverture de l’enfant à d’autres cultures pour lui permettre de s’adapter au monde de demain ;

Une maman d’élève témoigne

Pourquoi avez-vous choisi l’école Diwan pour scolariser votre fille, alors que vous ne parlez pas breton ?
Nous ne parlons effectivement pas du tout breton chez nous, même si mon mari s’y remet tranquillement.  Au-delà du breton qui était important pour lui, ce qui me plaît est d’apporter le bilinguisme à notre fille. En effet, parler deux langues dans l’enfance prédispose le cerveau à acquérir de nouvelles langues facilement plus tard. C’est une chance que j’aurais aimée avoir.

Mais pourquoi l’école de Riantec spécialement ?
La proximité et l’accessibilité de l’école ont été un atout majeur dans notre choix pour Riantec. Pas besoin de passer des heures en voiture ! Un vrai luxe. Et puis nous avons accès à la cantine et au Relais des homards dans les mêmes conditions que les autres enfants de Riantec. L’accueil y est excellent.

L’école ne compte qu’une quarantaine d’élèves et n’a que 3 ans d’existence ce qui l’empêche de bénéficier de financement public. Cela ne vous a-t-il pas fait peur ?
Au contraire, comme pour toute petite structure, on retrouve la convivialité propice à un encadrement maximal des enfants. Quant ma fille est arrivée, elle portait encore la couche pour la sieste. Pas besoin de la stresser à devenir complètement propre pour l’entrée à l’école… Et, finalement, la fierté de dire à sa maîtresse qu’elle ne portait plus la couche a été un moteur pour une transition en douceur.
La convivialité se développe aussi entre les enfants et les parents. Les premiers accueillent les nouveaux : génial pour l’apprentissage de la solidarité. Les seconds apprennent à se connaître autour des manifestations pour l’école. C’est très enrichissant. Bref, je ne regrette absolument pas mon choix !